English    Español  

Arctic Domus

Arctic Domus

 

Arctic Domus est un programme de recherche qui explore les humains et les animaux des régions nordiques. Arctic Domus est une Bourse pour chercheurs expérimentés du Conseil européen de la recherche (C.E.R) d’une durée de cinq ans, qui se trouve actuellement à la moitié de son échéance.

Arctic Domus coordonne de la recherche de terrain en archéologie, anthropologie, histoire environnementale et en études sociales de la science afin d’élaborer un nouveau modèle de relations humains-animaux ancrées dans un lieu, évoquant des préoccupations théoriques récentes par rapport à définition de la personne, de l’attribution de la capacité d’agir, et de l’importance des ‘environnements construits’. Le projet travaille de manière inductive, à partir d’observations empiriques faites dans une multitude de lieux d’étude à travers l’Arctique circumpolaire, de la Fédération Russe, en passant par la Fennoscandie, et le Canada. À travers l’étude de la façon dont les chasseurs, les éleveurs, les pécheurs et les ‘fermiers de poissons’ travaillent principalement, mais pas de façon exhaustive, avec trois espèces-clés – le caribou, le chien et le saumon – les membres de l’équipe développent un témoignage complexe et nuancé de ces relations socio-écologiques.

L’Arctique circumpolaire est devenu un lieu d’intenses débats entre la protection de l’héritage culturel et le développement des ressources naturelles qui alimenterait le futur des économies industrielles. Les assemblages de relations humain-non-humain sélectionnés pour étude couvrent l’éventail complet des discours politiques et théoriques présents actuellement dans les sciences, des premières rencontres fondées sur la domination aux innovations biotechniques contemporaines en agriculture. Arctic Domus tente de transcender les modèles ‘existentiels’ typiques de domination entre humains et animaux en examinant les contextes sociaux complexes où plus d’une espèce interagit avec un paysage pour produire des stratégies écologiques. L’équipe veut aussi défier et revisiter les définitions existantes entre le sauvage et le domestiqué en examinant plutôt ce qui lie ces types de comportements ensembles. De plus, les membres de l’équipe examinent la manière par laquelle la domestication ne fut jamais le fruit d’une intuition soudaine, mais plutôt un processus par lequel les gens et les animaux domestiqués se sont rapprochés et se sont éloignés l’un de l’autre. Finalement, l’équipe de recherche, travaillant avec les littératures mentionnées ci-haut, développe un modèle renouvelé – une nouvelle manière de décrire –ces relations qui ne s’appuie pas nécessairement sur les métaphores de domination, compétition, lutte individuelle, origines, ou d’hybridité, mais incorpore plutôt le savoir, les manières de savoir et les articulations locales dans la structure des foyers et des patries.

Réseaux nouveaux ou améliorés
De certaines façons, Arctic Domus partage des objectifs avec tous les thèmes de recherche du CICADA; par contre, Arctic Domus a plus en commun avec les thèmes suivants : projets de vie, bien vivre, communautés de vie et ontologies autochtones, régimes de propriété coutumiers et droits territoriaux, modes de subsistance, souveraineté alimentaire et stratégies d’ajustement face à la croissance néolibérale, et aires protégées communautaires, cogestion, gouvernance de la conservation.

Partenariats
Arctic Domus possède une équipe qui travaille dans le bassin versant de la Rivière Peel. Des poursuites en court récentes à propos du développement des ressources minérales dans cette région ont incité Arctic Domus à supporter un plus grand engagement de la communauté Gwich’in et d’inclure l’Institut social et culturel Gwich’in et le Département du patrimoine de la nation Vuntut Gwich’in, ainsi que celui de la nation Tr’ondëk Hwëch’in et la nation Na Cho Nyak Dun puisque ces derniers ont des usages qui chevauchent ceux des Gwich’in dans cette région. Deux ONG engagées dans cette lutte sont la SNAP (CPAWS) Yukon et la Société de conservation du Yukon.

Arctic Domus travaille aussi en partenariat avec les Vepses de Russie (République de Carélie, Oblast de Léningrad, Oblast de Vologda), puisque cette communauté fait face à des problèmes liés à l’exploitation minière, la pêche, la foresterie, l’agriculture, et la croissance urbaine. L’ONG principale dirigée par Zinaida Strogal’shchikoba est appelée ‘Société de la Culture Vespe’.

Arctic Domus possède finalement un partenariat avec les Yupiks de l’Alaska Centrale, le plus important des peuples autochtones de l’Alaska en terme de population. Les Yupiks de cette région ont toujours bougé entre des campements, pêchant l’été, chassant et trappant l’hiver, et ils continuent de le faire. Les chercheurs d’Arctic Domus explorent les modes de subsistance basés sur la chasse et la pêche, ainsi que le savoir en rapport avec la gestion communautaire du saumon.

Directeur de programme: David G. Anderson

Thèmes de recherche associés: Tenure coutumière; Projets de vie; Modes de subsistance et souveraineté alimentaire; Conservation et aires protégées

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page

Centre Pour la Conservation et le Développement Autochtones Alternatifs