English    Español  

Réactions autochtones à l’exploitation minière au Canada et au Guatemala: développer une compréhension fine des enjeux par la collaboration et la comparaison

Autochtones et exploitation minière au Canada et au Guatemala: développer une compréhension fine des enjeux par le biais de la collaboration et de la comparaison

L’essor actuel du secteur minier, au Canada, comme ailleurs dans le monde, affecte principalement les peuples et les territoires autochtones. Dans certains cas, les communautés autochtones accueillent favorablement le développement de projets d’exploitation minière sur leurs terres, alors que dans d’autres, elles s’y opposent farouchement. Comment expliquer ces modalités contrastées d’interaction des autochtones avec l’industrie minière?

Les relations positives des autochtones avec les mines sont étroitement liées à leur capacité d’exercer leur droit à l’autodétermination. Or quels sont les facteurs qui permettent la pleine expression du droit à l’autodétermination dans le contexte de projets d’exploitation minière? Notre projet de recherche collaboratif, qui est de nature historique et ethnographique, vise à répondre à cette question en examinant:

  • ce que le droit à l’autodétermination signifie du point de vue des autochtones ;
  • le rôle que le consentement libre, préalable et éclairé joue selon les autochtones ;
  • l’influence que des expériences antérieures de développement mené de l’extérieur peuvent avoir sur ces définitions ; et
  • les liens qui existent entre différentes interprétations du droit à l’autodétermination des autochtones et la manière dont ces derniers interagissent avec l’industrie minière.
Karine Vanthuyne, collaboratrice du CICADA, avec Aniseto Lopez et Alfredo Perez, partenaires du volet guatémaltèque, dans la Nation crie de Wemindji, au nord du Québec. Octobre 2015
Karine Vanthuyne, collaboratrice du CICADA, avec Aniseto Lopez et Alfredo Perez, partenaires du volet guatémaltèque, dans la Nation crie de Wemindji, au nord du Québec. Octobre 2015

En partenariat avec des représentants de la Nation Crie de Wemindji, Canada, et de la communauté Maya-Mam de San Miguel Ixtahuacán, Guatemala, nous nous penchons actuellement sur les différentes dimensions que prend l’exercice du droit à l’autodétermination des autochtones dans le cadre de projets d’exploitation minière. Plus précisément, nous nous attachons à comparer les expériences très différentes des communautés de Wemindji et de San Miguel avec la même compagnie minière canadienne – Goldcorp, Inc. Pour ce faire, nous employons des méthodes de recherche-action participative et de transfert intégré des connaissances pour documenter l’histoire orale et mener des recherches ethnographiques à San Miguel et à Wemindji. Nous espérons que cette approche nous amènera non seulement à produire des connaissances concrètes et utiles du point de vue des communautés participantes au projet. Nous entendons aussi contribuer de façon significative au développement et à la mise en œuvre de politiques publiques visant l’amélioration des possibilités de développer de réelles formes d’autodétermination dans les communautés autochtones touchées par l’exploitation minière.

Direction du projet: Karine Vanthuyne
Co-chercheurs du projet: Catherine Nolin, Colin H. Scott, Daviken Studnicki-Gizbert

Thèmes de recherche associés: Politiques d’extraction des ressources; Méthodes visuelles

Programme d’affiliation: INSTEAD

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page

Centre Pour la Conservation et le Développement Autochtones Alternatifs