English    Español  

Cris de Bigstone

Cris de Bigstone

Recherche sur les impacts des opérations de combustions fossiles

Les indicateurs de contamination de nourriture sauvage de la Nation Crie de Bigstone

 

La nation des Cris de Bigstone récoltant le thé Labrador/muskeg et creeping wintergreen.
Guérisseur de la Nation Crie de Bigstone récoltant le thé du Labrador/muskeg et la gaulthérie couchée.

 

 

 

 

Melvin Beaver, directeur des relations industrielles du gouvernement de la Nation Crie de Bigstone, et Janelle Marie Baker, chercheure doctorale en anthropologie à l’Université McGill, sont des partenaires de recherche à travers CICADA. Ils étudient les préoccupations des Cris de Bigstone à propos de la contamination des aliments sauvages causée par les activités industrielles (majoritairement liées au pétrole). Le territoire de la Nation Crie de Bigstone, situé dans la forêt boréale subarctique du nord de l’Alberta, repose sur les réserves des sables bitumineux d’Athabasca. Il  s’agit d’une région qui est touchée par des niveaux extrêmes d’activités d’extraction des ressources.

Un aîné de la nation des Cris de Bigstone récoltant la racine lily.
Un aîné de la Nation Crie de Bigstone récoltant la racine de lotus.

La recherche de Janelle Marie Baker s’attarde au savoir, aux indicateurs et aux préoccupations des Cris sur la contamination de la nourriture sauvage. Par ailleurs, M. Beaver, Mme Baker et le toxicologue Dr. Nil Basu du Centre d’études sur la nutrition et l’environnement des peuples autochtones de l’Université McGill ont formé une équipe qui a reçu du financement du Programme de lutte contre les contaminants de l’environnement chez les Premières Nations. Leur projet consiste à tester la nourriture que des membres et des agents de surveillance du milieu de la Nation Crie de Bigstone collectent. L’équipe de recherche amasse actuellement des échantillons et travaille avec les détenteurs du savoir pour compléter cette recherche.

Un aîné de la nation des Cris de Bigstone récoltant des noisettes à becs longs.
Un aîné de la Nation Crie de Bigstone récoltant des noisettes à long bec.

 

« La Nation Crie de Bigstone est engagée dans la poursuite de la plus haute qualité de vie pour tous ses membres »

Projets associés

Les ontologies, le savoir environnemental et la co-gouvernance des Premières Nations canadiennes face aux industries d’extraction à grande échelle

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page

Centre Pour la Conservation et le Développement Autochtones Alternatifs