English    Español  

Eeyouch (Cris de la Baie James)

«Eeyou Istchee » est le territoire traditionnel des Cris de la Baie James (les Eeyou).  Le terme signifie « la terre des Eeeyou/Eeenou (le peuple) ». Les Cris vivent sur ces terres ancestrales depuis des milliers d’années. Il y a plus de 18,000 Cris, dont 16,000 résidant dans neuf communautés et une dixième communauté qui est actuellement en voie d’être établie. Le territoire traditionnel Cri couvre 400,000 km2, et l’ensemble du territoire est utilisé par les Cris pour des activités traditionnelles de chasse, de pêche et de trappe. Eeyou Istchee compte plus de 300 territoires de piégeage (territoires de chasse familiaux), des centaines de concessions minières, plusieurs projets miniers, et a subi des impacts majeurs suite aux développements hydroélectriques depuis les années 1970.

Colin H. Scott, le directeur de CICADA et de INSTEAD, a travaillé longuement avec les Eeyou. Il a étudié la cogestion autochtone et non-autochtone dans des projets de développement, se penchant en particulier sur ce sujet dans le contexte de «La Paix des Braves», l’Entente concernant une nouvelle relation entre les Eeyou et le Gouvernement du Québec.

Wemindji partner meeting.
Réunion des partenaires de Wemindji.
Colin Scott, Director of CICADA and INSTEAD.
Colin Scott, Directeur de CICADA er de  INSTEAD.

«Dans quelles circonstances et par quels moyens est-ce que les régimes de ‘cogestion’ facilitent un vrai partage du pouvoir, au-delà de mettre les représentants autochtones dans un rôle simplement consultatif vis-à-vis de l’état? »

-Traduit de: Co-Management and the Politics of Aboriginal Consent to Resource Development: The Agreement Concerning a New Relationship between Le Gouvernement du Québec and the Crees of Québec (2002)

LIRE: Co-Management and the Politics of Aboriginal Consent to Resource Development: The Agreement Concerning a New Relationship between le Gouvernement du Québec and the Crees of Québec (2002) – Colin Scott (2003)

 

Monica Mulrennan, CICADA academic partner.
Monica Mulrennan, Université Concordia.

Monica Mulrennan, une partenaire académique du CICADA, a aussi travaillé avec les Eeyou. Son travail explore les manières par lesquelles les Eeyou modifient le paysage afin de maintenir et d’améliorer des conditions désirables pour la chasse face aux changements environnementaux.

« Alors que les modifications du paysage sont motivés par un désir d’accroître la productivité et la prévisibilité des ressources, ils reflètent aussi un engagement intergénérationnel envers la maintenance de lieux de chasse en tant que connections importantes avec le passé »

-Traduit de : Securing a Future: Cree Hunter’s Resistance and Flexibility to Environmental Changes, James Bay (2010).

LIRE: Securing a Future: Cree Hunters’ Resistance and Flexibility to Environmental Changes, Wemindji, James Bay (2010) – Jesse S. Sayles and Monica Mulrennan

 

Nicole Fenton, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
Nicole Fenton, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
Hugo Asselin, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
Hugo Asselin, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Les partenaires de CICADA Nicole Fenton et Hugo Asselin ont fait, de concert avec l’étudiante à la maîtrise Mhaly Bois-Charlebois, des recherches sur les compensations appropriées pour l’extraction des ressources, spécifiquement l’extraction de l’or, dans Eeyou Istchee. Dans leurs recherches ils se sont associés avec des membres de la communauté Eeyou afin d’acquérir une meilleure compréhension de la perspective Crie sur les différents services écologiques.

LIRE: Compensation des impacts des industries extractives basée sur les services écologiques (2012) – Mhaly Bois-Charlebois, Hugo Asselin, Nicole Fenton

Foresterie
Wemindji forest. Source: Katherine Scott.
Une forêt de Wemindji. Source: Katherine Scott.

Christopher Beck, représentant du Département de l’Environnement et des Travaux de Correction du Eeyou Protected Areas Committee (Comité Eeyou de Conservation), travaille en partenariat avec CICADA sur les problématiques forestières et les aires protégées dans Eeyou Istchee. Sur le territoire d’Eeyou Istchee, il y a eu plus de 70 000 kmde développement forestier avec plus de 2 000 000 m2 de bois récolté annuellement. Pour permettre ce niveau élevé de production forestière, plus de 15 000 km de routes ont été construites dans cette région. Cinq communautés Cries (ou 125 terrains de chasse familiaux) sont affectés par l’exploitation forestière, alors que 16 000 non-Cris vivent dans un petit nombre de villes dont l’économie et les industries sont axées sur les ressources de la région.

Territoire Eeyou couvert au chapitre 3 de « Le Nouvel Accord » entre le Gouvernement du Québec et les Cris. Source: Cree Quebec Forestry Board (CQFB).

En 2002, les Cris signaient « l’Entente concernant une nouvelle relation» avec le Gouvernement du Québec, connu sous le nom de Paix des Braves. Le chapitre 3 de cet accord créait un « régime forestier adapté » avec des dispositions pour une meilleure harmonisation entre les activités forestières et le mode de vie traditionnel des Cris. Le régime forestier adapté prévoit des standards de gestion particuliers incluant une coupe en mosaïque et le maintien d’un couvert forestier minimum, et il délimite les zones d’intérêts particuliers pour la faune afin de maintenir l’habitat d’espèces clés telles que l’orignal, le castor, le caribou et de nombreux poissons.

LIRE: Paix des Braves – Chapter 3 Adapted Forestry Regime (Cree Quebec Forestry Board)

Aires protégées
Les aires protégées dans Eeyou Itschee. Source: Cree Nation Government.

La désignation des terres qui sont protégées du développement industriel a augmenté depuis 2003 dans Eeyou Istchee. Certaines de ces zones ont été développées et proposées par les communautés Cries, alors que d’autres furent établies par le Gouvernement du Québec sans consultation ni participation adéquate des Cris. Au niveau local, la Nation Crie a développé la Stratégie de Conservation Crie. L’objectif principal de cette stratégie est de créer un réseau interconnecté d’aires de conservation dans Eeyou Istchee pour sauvegarder le mode de vie Cri et de soutenir la biodiversité. Plus encore, l’objectif est d’assurer une participation Crie complète dans la gestion et la planification des aires de conservation. La conservation de la faune et la sécurité alimentaire sont des éléments clés de la stratégie, et le meilleur du savoir Cri et des sciences de la conservation est utilisé dans ce processus.

Wemindji. Source: Katherine Scott.
Wemindji. Source: Katherine Scott.

Les aires protégées de la région marine sont un groupe de sites de conservation établis par les Cris dans la Baie James. L’aire de conservation marine Tawich fut développée à Wemindji et proposée au gouvernement fédéral en 2009. Peu de temps après, les Cris votèrent en faveur de l’Accord sur les revendications territoriales concernant la région marine d’Eeyou. La mise en œuvre de cet accord implique un plan d’aménagement des terres et la création d’aires protégées. La mise en place de structures d’implantation et l’embauche d’employés sont actuellement en cours.

LIRE: Foresterie et  Aires Protégées de Eeyou Itschee (présentation pour INSTEAD 2014) – Christopher Beck

Projets culturels et initiatives
In the Culture Camp, yarn is used to create strings for thick mittens to protect against cold winters.
Dans le camp culturel, le fil est tressé en cordes pour produire des mitaines épaisses pour les hivers froids.
Nothing Wasted – Rien n’est gaspillé- Affiche de Wemindji


Katherine Scott travaille en partenariat avec la Nation Crie de Wemindji pour les assister dans la réalisation du Musée Culturel de Wemindji. Elle a aidé avec la documentation de pratiques culturelles. De concert avec la communauté, elle a assemblé un livre détaillant le processus de fabrication local du Shaashtichishaan, un mets traditionnel cri. Katherine aide aussi au projet communautaire de documenter pour le musée les terrains familiaux de chasse ainsi que des pratiques traditionnelles culinaires et de fabrication des vêtements.

 

Projets associés

Autochtones et exploitation minière au Canada et au Guatemala: développer une compréhension fine des enjeux par le biais de la collaboration et de la comparaison

Dialogues sur la durabilité 

Étude des impacts environnementaux et sociaux des activités minières dans l’Eeyou Istchee, au Nunavik et au Nunavut

Développement des aires protégées et gestion de l’environnement, Eeyou Istchee

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page

Centre Pour la Conservation et le Développement Autochtones Alternatifs